Re:Re:Re

De passage à Pékin, Le Singe qui fait mouche réalise, en 24 heures, 12 installations in situ à partir d’éléments collectés dans un environnement proche (matériaux de construction, tôles, caisses, cartons, textiles…).  Ces installations sont ensuite photographiées puis laissées en l’état, dans la rue, sans aucune protection. Elles peuvent être conservées, modifiées ou démolies par les habitants ou par les autorités locales. Un système circulaire où le rebut devient rébus avant de redevenir rebut. Re:Re:Re