JUST LIKE HEAVEN

JUST LIKE HEAVEN

Les images du Singe qui fait mouche émergent comme des rêves, elles naissent au moment où les paysages qu’il explore entrent en résonance avec ses paysages mentaux, se superposent au point de les révéler. Des paysages tantôt sombres, tantôt poétiques… Parfois des résurgences de l’enfance, un drap qui se transforme en fantôme, ou en linceul, un dormeur du val allongé à l’ombre des arbres, une main de géant pointée vers la forêt des contes, un mur où poussent des roses…. Et puis un mélange inextricable d’éléments interconnectés : la terre, les végétaux, les animaux, le ciel, les étoiles, les nuages, l’eau… une cosmogonie, une remontée aux sources du monde, vers un Eden peut-être…

Just Like heaven se déploie entre la terre et le ciel, entre la vie et la mort, entre l’ombre et la lumière, dans l’indécision du temps et de l’espace.